CAN 2021 : l'Algérie n’est plus invincible

CAN 2021 : l'Algérie n’est plus invincible
Abdou Alao on Sun 16/01/2022

Tremblement de terre. Ce mot pourrait résumer ce que les suiveurs de l'Algérie ont vécu ce soir. Accrochés par la Sierra Leone pour leur entrée dans la compétition, les fennecs de l'Algérie n'avaient plus le droit à l'erreur. Malheureusement pour eux, ce dimanche 16 Janvier 2022 fera désormais date dans l’histoire du football africain. L’Algérie est tombée. Les hommes de Djamel Belmadi ont vu leur longue série d’invincibilité de 35 matchs stoppée par une vaillante équipe de la Guinée Équatoriale. Une victoire quand on y regarde de plus près, mérité pour les coéquipiers de Iban Edù. Retour sur une soirée historique.

Algérie

Il faudra déjà avant tout, avant de commencer, louer cette victoire du Nzalang Nacional. Appliqué, tactiquement préparé et opposant un duel physique important, la Guinée équatoriale a réalisé le match parfait, si l'on peut dire ainsi, pour obtenir cette victoire. Coté Algérien, nous allons aller dans les détails, pour essayer de mettre des mots, comprendre ce qui s'est passé.

Dans un début de match haché dû à l’état exécrable de la pelouse, les fennecs de l’Algérie ont essayé d’avoir la maîtrise du jeu grâce à leur technique. Les coéquipiers de Riyad Mahrez ont longtemps cherché la solution pour contourner le bloc médian des équato-guinéens disposés dans un 4-2-3-1. A la 22ème minute de jeu, ils vont même croire ouvrir le score par Bounedjah qui reprend un ballon repoussé par le gardien équato-guinéen. Dommage, Mahrez était hors-jeu au début de l’action.

Les hommes de Belmadi ont le ballon et la possession. Néanmoins ça manque de rythme et de vitesse dans les transmissions. L’Algérie ne trouvant pas la solution au fil des minutes qui s'égrènent, c'est la Guinée Équatoriale qui va gagner en confiance et même tenter d’ouvrir le score sur une lourde frappe de Iban Edù à la 38ème minutes de jeu. Malgré les occasions des deux côtés, la première mi-temps va se solder sur un score nul 0-0 .

Le retour des vestiaires sera à l’avantage du Nzalang nacional qui sur une action bien initiée par Iban Édu ( encore lui ) poussera le gardien de but algérien à être décisif à la 49ème minute de jeu . Cependant, les fennecs vont très vite reprendre le contrôle du match .Ils tenteront de trouver la faille mais en vain . Et comme ce dimanche n’avait rien d’ordinaire, c’est la Guinée Équatoriale qui va créer la surprise. Sur un corner à la 70ème minute, les équato-guinéen vont ouvrir le score par Esteban Obiang seul au second poteau. Coup de tonnerre à Japoma ! Personne ne pouvait prédire ce scénario. On se demandait à ce moment-là comment l’Algérie allait trouver la solution. Le reste du match sera une attaque défense. Les fennecs de l’Algérie vont jouer leur va-tout. Entrée de Brahimi pour Bendebka après les entrées de Slimani ou encore Boulaya . L’Algérie va pousser, essayer mais sans réussir. Le but de Belaili sur une belle reprise de volée à la 82ème minute sera finalement signalée hors jeu. Les dieux du football ne semblent pas être côté algérien ce soir. Et plus on approchait la fin du temps de jeu, plus l'on ressentait de la frustration chez les fennecs. Les 5 minutes de temps additionnel signalées par l’arbitre ne changeront rien au cours de ce match. La Guinée Équatoriale déjoue tous les pronostics et renverse l’Algérie.

Algérie

Alors les raisons pour expliquer ce fiasco sont diverses. Des pelouses difficile à l'humidité en passant par un manque d'efficacité devant le but, les arguments des différents suiveurs de l'Algérie sont recevables. Pour certains même, on peut aller plus loin et pointer du doigt le climat ambiant autour de la sélection. Entre les médias qui seraient suffisants, ou certains joueurs qui n'auraient pas intégré l'effort que demande le fait de défendre son titre, beaucoup de questionnement autour de cette défaite.

Contre toute attente, l'Algérie se retrouve donc à la fin de cette deuxième journée de la phase de poule, dernière de son groupe, avec un seul petit point. La mission semble encore plus compliquée qu'au début du tournoi, mais elle reste possible. S’ils ne sont pas encore mathématiquement éliminés, les hommes de Belmadi sont au pied du mur. C'est-à- dire l'importance de ce dernier match face à la Côte d’Ivoire jeudi prochain. Néanmoins attention, comme on le dit souvent, il ne faut jamais sous-estimer le cœur d'un champion.